Regards

Des bolides et des hommes

Au hasard des clics sur la toile sociale j’ai été propulsée au Tour Auto. Cet événement dont la médiatisation reste relative est un rassemblement mythique pour des collectionneurs automobile de longue date. Néophyte convaincue par mon enthousiasme, je décide donc de m’immiscer dans la longue file qui me mènera à l’exposition initiée par le Grand Palais.

Je dois bien avouer avoir zappé quelques expos au Grand Palais ces derniers temps. Le Tour Auto – pour sa 25ème édition m’offrait l’occasion d’assister à un rallye-escale venu montrer ses plus beaux atours à la Dame de Fer parisienne. Poursuivant sa tournée en reliant quatre étapes le rallye finit sa course à Cannes.

Dans ce showroom de 13 500 m2 ayant abrité soixante ans durant Le Salon de l’Automobile le garage ne prévoit qu’un minimum d’outils à disposition du mécano-collectionneur. L’utilisation d’un chiffon doux est donc indispensable – trois jours d’ancrage méritent bien qu’on s’attarde sur l’allure des championnes.

Un univers entièrement masculin

Doté d’un palmarès mettant en avant certaines marques (Porsche, Ferrari, ..) tandis que d’autres plus modestes et grand public paraissent si justement rarissimes (Renault, Citroën, ..) la collection de voitures se veut synonyme d’élégance et ouverte à tous. Pour expliquer cette contradiction revenons donc à son ancêtre le Tour de France Automobile. Apparue du temps des voiturettes au début du vingtième siècle, ces voitures légères à trois ou quatre roues ont marqué leur époque et les esprits – en particulier celui de Louis Renault. Le Tour fondé par L’Automobile Club de France, ce luxueux cercle masculin de « gentlemen drivers, » pour reprendre leurs termes est le plus ancien automobile club au Monde. Autant dire qu’en 2016 les femmes sont minoritaires au Tour Auto !

Cette atmosphère qui se veut bon enfant ne reflète pas le rallye tel qu’on l’attend : pas de vrombissements en pagaille, les moteurs sont à l’arrêt. Les conducteurs et collectionneurs restent aux anges. Difficile d’ailleurs d’amorcer une conversation : ils ont bien souvent laissé leur voiture au regard des visiteurs. Pourtant il n’ y a pas de buvette aux alentours et peu d’hôtesses à accoster. Il semble que ce lundi l’ambiance est à la détente et à la rencontre des quelques pilotes starisés présents. Les interviewés réunissent la foule d’amateurs en tenue décontractée – dont la majorité ont une cinquantaine d’années. A mon arrivée un pilote zélé guide victorieusement une femme, enfin une fan manquant ainsi de me bousculer.

J’ai ainsi été marquée par la discrétion de ces femmes, épouses ou amies venues afficher un soutien indéniable à leurs proches.Ce sont elles qui immortalisent les reflets chromés sur photo. Seuls quelques groupes de jeunes femmes en guinguette ont réellement eu l’aplomb de s’entremettre aux hommes présents.

Le rallye se féminise

Rétromobile, un site consacré à l’univers de la voiture de collection depuis 1976 a souligné lors de son dernier salon que les femmes ont toujours été présentes sur les rallyes auto.  Julia de Baldanza, femme d’affaires britannique, pilote et collectionneuse concourant depuis 2002, explique avec humour d’où vient son attachement pour les cylindres auto :

Le rallye féminin a connu un regain d’intérêt médiatique notamment grâce au Trophée Roses des Sables auto proclamé « aventure féminine. » Il n’implique pas de course de vitesse mais ses paysages se rapprochent de ceux du rallye-raid Dakar. Ainsi d’autres compétitions féminines ont émergé. Le rallye Aïcha des gazelles, précurseur des rallyes féminins a été crée en 1990. Il rassemble des amatrices qui partagent les mêmes valeurs : liberté et éco-conduite sans GPS.

Le site de La Fédération Française du Sport Automobile (FFSA) m’a ainsi permis d’éclaircir le mystère qui planait autour du rallye féminin.

La Fédération est ainsi la commanditaire d’un nouveau Championnat de France  :

Interrompu en 1990, après la victoire de Christine Driano sur une Citroën AX Sport groupe A, le Championnat de France des Rallyes Féminin a été ‘réactivé’ par la FFSA en 2014. Pour le plus grand bonheur de ces dames !

Nicolas Deschaux, Président de la FFSA précise qu’il n’ y a que « 11% de femmes dans le sport automobile » :

Portées par leur vision et leur identité les femmes pilotes ont à nouveau de beaux jours devant elles.

Bernie Ecclestone,  ancien patron d’écurie de Formule 1 n’a  jamais été reconnu en tant que pilote puisque ses essais ne l’ont pas mené à une qualification, a lors d’un séminaire remis en question les aptitudes physiques des femmes à conduire une Formule 1. Auparavant il avait énoncé d’autres raisons empêchant les femmes d’accéder au summum de la discipline :

Bernie Ecclestone répondait que la principale barrière pour les femmes dans le milieu était économique. « Le problème, et je le regrette, est que beaucoup de femmes qui pourraient sans doute courir aussi vite que des hommes n’en auront pas la possibilité », affirmait-il alors.

Il me paraît d’usage de laisser le mot de fin à une femme, en particulier à la pionnière de la course en Formule 1, l’italienne Maria Teresa de Filippis :

 

Copyright © Céline Burr

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s