Tête brûlée

Une arcade en appui sur des colonnes chancelantes.

Emportées par le mouvement elles s’appliquent.

D’un pas, puis de deux !

Pas de fragilité dans cette danse. Rien que quelques secousses à supposer…

– Une structure se met en place –

Les symptômes sont composés, décortiqués :

«Il n’y a pas de mal», disent les docteurs.

De front on s’emporte, ça chauffe, ça brûle…

Pas de traitement qui faille, ni qui vaille.

La situation prête à l’interrogation, ni plus, ni moins de solutions médicales.

Et ce doute coûte. Envoûtements de gourous, fakirs et chamans.

D’une suite de charmes bienfaisants naît la conviction.

Faux-semblants et à-propos…

La danse amenuise mais épuise.

Le mal-a-dit qu’il ne quitterait pas Paris. La demoiselle s’envole.

Elle a laissé son costume au vestiaire, tur-lu-tutu.

C’est le déjà vu qui la cueille, la tire de la surchauffe…

Copyright ©  Céline Burr

Publié par

CygneDistinctif

A vous promeneurs du web, lecteurs féru(e)s de découvertes, moi, jeune auteure passionnée d'art et de culture vous propose de vagabonder au gré de ces pages. Mon approche textuelle se veut volontairement « diluée » en désignant la banalité, la vie telle quelle – de l'absurde à l'émerveillement – lorsqu'elle se présente à nous. Au plaisir de vous lire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s