Des habillages

Dans ses bras

Midsummer night’s dream par Katie Harris

Rivée devant le miroir de cette salle de bain d’hôtel je fixe mon reflet.

Comment me donner bonne allure ?

Ma toilette terminée, j’ôte les dernières traces de rimmel qui ont coulé sur mes paupières.

Je lâche mes cheveux légèrement humides et je les discipline comme je peux avec mes mains. Sans artifice.

Je me dévoile telle que je suis. Une chemise d’homme à enfiler comme seul atout.

Je tente de lui donner l’aspect le plus seyant possible – en poussant ses coutures du bas et en retournant ses manches. Chaque côté arrondi tombe désormais sur mes hanches, et la peau de mes avant-bras est dévoilée à un quart.

J’examine une dernière fois mon apparence globale : mon visage, mon cou ainsi que le décolleté naissant… Mes bras, le reste de mon corps.

Mon apparence est convenable mais j’ai le trac comme un artiste lors de sa première représentation.

Je me sens bizarre. Ca ne fait rien, je me convaincs que ce n’est que l’appréhension qui me fait cet effet là.

Puis je me trouve face à lui. Il m’attends déjà depuis quelques instants dans ce lit aux draps clairs. Bien que vêtu, il a remonté le drap sur son ventre et tente de se donner un air décontracté, celui du « vieil habitué ».

Je reste tout d’abord proscrite. Il me regarde sans dire un mot, peut-être qu’il me fixe. Alors, machinalement, je pousse le bas de la chemise.

Il m’assure qu’il est myope sans lentilles.

Que voit il exactement ?

Une fille affublée d’une tenue masculine ?

Une jeune femme ?

Le naturel de sa peau recouvert d’une mince couche de tissu ?

Je me couche à ses côtés.

Avant de prendre la décision d’éteindre la lumière il me pose une seule question qui me déstabilise, m’embarrasse, me glace.

Savoir quel est le nombre exact de mes amants ne me semble pas approprié à ce moment précis. Je rougis, j’esquive et me tourne dos à lui.

Pas de réaction, silence.

Perdue dans mes réflexions je ne bouge pas d’un cil. Un quart d’heure est passé, peut-être plus ?

Je prononce son prénom,

« Oui ? », me dit-il,

« tu dors ? »,

« non »,

« je peux me coller à toi ? »,

« oui, bien sûr, viens ! ».

Je me blottis contre lui. C’est étrange de sentir sous ma peau cette autre peau que je ne connais pas.

En la tâtant je la découvre : sa texture, ses muscles et ses courbes me sont inconnues. Son odeur est lointaine.

J’essaye de me l’approprier en caressant doucement ses bras. Mais rien n’y fait. Tandis qu’il me sent hésitante il m’embrasse du bout des lèvres dans le cou, puis m’enlace. Je ne ressens pas vraiment d’affection. Nous restons muets ou presque.

A nouveau je m’éloigne de lui. Il ne rechigne pas. Durant la nuit tente encore une, deux fois de se rapprocher. La fatigue aidant il capitule et s’endort.

Je ne dors que d’un oeil. A cet instant mes souvenirs restent confus.

Le matin guette et déjà le chahut se charge de nous réveiller. Je me lève et ferme la fenêtre laissée entrouverte pendant la nuit.

Mais il est encore trop tôt, mon compagnon ouvre un oeil puis le referme aussi vite. Vers 9 heures l’alarme s’enclenche.

C’est un autre homme que je découvre à son réveil. Distant, froid et sibyllin, il peine à remarquer ma précense… et, disparaît dans la salle de bain.

En un instant mon coup de coeur s’est envolé, la réalité nous as rattrapé.

Ainsi se termine ce songe d’une nuit d’été.

 

Copyright ©  Céline Burr

6 réflexions sur “Dans ses bras

  1. Un récit comme je les aime. Dès le premier paragraphe, on sait qu’on va accrocher, qu’on veut lire la suite .J’ai dégusté chaque mot. Merci pour la découverte.

  2. Intéressant… se mettre dans la peau, un court instant, d’une demoiselle… et de son songe. Est-ce vraiment un songe ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s